COUP DE BLUES

SI TU ETAIS

On s'est taimé

Parfois détesté

Non, tu n'es plus

N'en parlons plus.

Si tu voyais

Tous ces individus

Le chignon, se crêper

Et qui ne savent plus

S'aimer et discuter

Sans, le ton, élever.

Je crois que tu rirais

Et que peut être tu dirais

" La vie est courte, alors profitez "

Continuez votre route, sans vous chamailler.

Oui, elle, elle pleure

Je la vois, le soir arrivé

Ses rires ne sont que leurres

Et, la nuit tombée

Elle va se cacher 

Devant sa télé

Pour enfin, laisser 

Ses larmes couler.

ETATS D'AME

Noel a pour moi  un gout amer 

Et ces jours là j'ai les nerfs

Je ne veux pas faire la fête

J'ai autre chose dans la tête.

Cette fête est devenue triste

Depuis que mon artiste

A abandonné la piste

En se retirant de la liste.

J'irai bien m'enfermer

A triple tour de clé

[Dans ma maison pour pleurer

Mais mon fils ainé m'a invitée

Je n'ai pas envie d'y aller

Je n'ai plus rien à leur apporter

Les larmes vont couler

De mes yeux bleus fatigués

J'ai plus envie de lutter

Je suis si triste et usée.

 

MOMENT DE TENDRESSE

Je me couche bien souvent très tard, ou plutôt non, très tôt le matin, comme mes nuits sont souvent sans sommeil et en plus en pointillés, mon lit est devenu mon ennemi.

Donc je zappe ou je lis, mais mardi dernier, j'ai zappé et je suis retombée sur une série que j'aimais bien, " Alice Nevers, le juge est une femme ". Oui bien sûr ce n'est que de l'irréalité, quoi que ............, mais j'aime ce jeu de rôle entre ce commissaire Fred Marquant ( Jean-Michel TINIVELLI), un peu cassé par la vie,  et la jeune juge maman (Marine DELTERME)

Cette série ne porte pourtant pas à pleurer (enfin pas plus que ça) mais je me suis couchée en larmes (et des grosses en plus) à voir ces élans de tendresse entre deux amis qui tout compte fait se cherchent, s'aiment, mais n'osent pas se l'avouer. Ca m'a tout simplement rappelé ma grande solitude du soir ou même entourée de mes petits amours je manquais de cette tendresse et pour le coup je me suis mise à chercher mon G.A partout des yeux, ce qui n'a évidemment pas été fait pour me calmer. 

On ne peut donner ce qu'on ne recoit pas, d'où peut être cette dureté qui me caractérise si bien

PREMIERE JOURNEE

Première journée de vacances à ne rien faire, enfin, si, juste essayer de faire une créa sur le forum de Vanille  J'ai eu maille à partie avec cette créa mais bon je pense y être arrivée. Aujourd'hui j'attaque les choses sérieuses 

première page cliquer sur l'ange bébé en bas à droite, deuxième page cliquer sur la partition au même endroit en bas à droite, et dernière page cliquer sur lecture et voir la dernière animation 

POUR VOUS QUI

Pour vous qui en avez marre de taper les codes à la fin des commentaires, je réitère ma suggestion inscrivez vous dans l'espace membre, colonne de droite juste au dessous de la photo d'Elliot, comme ça vous n'aurez plus besoin de taper les captchas qui sont des sécurités pour ne pas être piraté, comme c'est arrivé sur une certaine plate-forme ou je suis aussi :lol: 

CA AURAIT ETE

Oui aujourd'hui, on aurait pu fêter ton anniversaire

Mais voilà tu es parti pour toujours 

Et tu vois c'est comme si c'était hier

J'ai toujours du mal

A cette période là

Je n'ai pas le moral

Mais ça passera 

Alors dans la lumière 

Je passe par ici 

De mon bout de terre 

Pour te souhaiter aussi 

Bon anniversaire

 

HA BON ??????

L'espoir fait vivre, il parait

Moi, depuis longtemps

Il va, vient et disparaît.

Inutile de me dire 

Demain est un autre jour

Je m'empresse de l'écrire

Et pourtant jour après jour

Je flirt toujours avec le pire.

Comment pourrai-je vivre d'espoir ?

Alors qu'autours de moi je ne broie que du noir

Comment aimer la vie ?

Elle qui  tant de fois

M'a tout pris.

Période chagrin

Et sans câlins

Moment de vide

Aux yeux livides.

C'est le moment pour quelque temps

Ou les tourments sont plus présents

Il va falloir encore lutter

Contre tout ça sans m'épuiser.

Alors tristesse tu m'envahis

Sans la tendresse, moi je te suis

 Les nuits d'ivresse, je ne connais plus

Sans tes caresses, je suis perdue.

JE SAIS

Je sais ce que tu vas dire

D'ailleurs je t'entend 

Et dans ce sourire

Que je t'adresse par moment

Je sais aussi, que tu comprends.

Je ne veux pas te déranger

Ne t'inquiète pas

Je ne t'ai pas oubliée

C'est juste, qu'en ce moment, là

Je n'ai pas envie de parler.

Mais non tu ne m'as rien fait

Ma tour d'ivoire s'est équipée 

D'un étage supplémentaire, c'est vrai

Et c'est là que je vais me retrancher

Pour réfléchir

Et penser

A un avenir

Pas très gai.

Alors toi et lui

Et d'autres

Je vous aime 

Même si je ne le dis pas

Sachez quand même

Que je ne vous oublie pas

 Et que je suis là 

Lire la suite